Camus sur la Mer

cead_mile_failte Sea-unworthy High-Water Diving Dun Laoghaire Old Dublin Howth Camus - sur la mer Joyce - Sex sur la plage Ocean Temperature Tides - Ireland, Britain. Forum wifi@reclaimthesea.com

Albert Camus - La Peste

Il me semble que l'histoire m'a donnè raison, aujourd'hui c'est à qui tuera le plus. Il sont tous dans la fureur meurtre, et ils ne peuvent pas faire autrement.
J'ai compris que tout le malheur des hommes venait de ce qu' ils ne tenaient pas un langage clair.
Savez-vous dit-il ce que nous devrions faire pour l'amitié?
Prendre un bain de mer.
La lune s'était levée. Un ciel laiteux projetait partout des ombres pâles. Peu avant d'y arriver, l'odeur d' iode et des algues leur annonça la mer.
Elle sifflait doucement au pied des grands blocs de la jetée et ,comme ils les gravissaient, elle leur apparut, épaisse comme du velours, soupe et lise comme un bête. Ils s'installèrent sur les rochers tournés vers le large. Les eaux se gonflaient et redescendaient lentement. Cette resperation calme de la mer faisait nâitre et disparâitre des reflects huileux à la surface des eaux. Devant eux, la nuit était sans limites.
Sea-Point bay
Ils se déshabillèrent. Rieux plongera le premier. Froides d'abord, les eaux lui parurent tièdes quand il remonta. Au bout de quelques brasses, il savait que la mer, ce soir- là, était tiède, de la tièdeur des mers d'automne qui reprennent à la terre la chaleur emmagasinée pendent de longs mois. Il nageait régulièrement. Le battement de ses pieds laissait derrière lui un bouillonnement d'écume, l'eau fuyait le long des ses bras pour se coller à ses jambes. Un lourd clapotoment lui apprit que Tarrou avait plongé. Rieux se mit sur le dos et se tint immobile, face au ciel renversé plein de lune et d'étoiles. Il respira longuement. Puis il perçut de plus en plus distinctement un bruit d'eau battue, étrangement clair dans le silence et la solitude de la nuit. Tarrou se rapprochait en entendit bientôts sa resperation. Rieux se retourna, se mit au niveau de son ami, et nagea dans le même rythme. Tarrou avançait avec plus de puissance que lui et il dut précipiter son allure. Pendent quelques minutes, ils avancèrent avec la même cadence et la même vigueur , solitaires, loin du monde, libérés enfin de la ville et de la peste. Rieux s'arrêta le premier et ils revinrent lentement, sauf à un moment où ils entrèrent dans un courant glacé. Sans rien dire, ils précipitèrent tous deux leur mouvement; fouettés par cette surprise de la mer.
fortyfoot_sunrise

La Pest~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~Albert Camus

Nous marchons à la recontre de l'amour et de désire. Nous ne chechons pas de leçons, ni l'amèree philosophie qu'on demande à la grandeur . Hors du soleil, des baisers et des parfumes sauvages, tout nous parait futile.

C'est le grande libertinage de la nature et de la mer qui m'accapare tout entier.

J'apprenais à respirer, je m'intégrais et je m'accomplissais.

Bien pauvres sont ceux qui ont besoin de mythes. Ici les dieux servent de lits ou de repères dans la course des journées. Je dècris et je dis: “Voici qui et rouge, qui est bleu, qui est verte. Ceci est la mer, la montagne , les fleurs.”

Ici meme , je sais que jamais je ne m'approcherai assez du monde. Il me faut etre nu et puis plonger dans la mer, encore tout parfumé des essences de la terre, laver celles-ci dans celles là, et nouer sur ma peau l'étreinte pour laquelle soupirent lèvres a lèvres depuis si longtemps la terre et la mer. Entré dans l'eau, c'est le saisissement, la monte d'une glu froide et opaque, puis le plongeon dans le bourdonnement des oreilles, le nez coulant et la bouche amère – la nage, les bras vernis d'eau sortis de la mer pour se dorer dans le soleil et rabattus dans une tortion de tous les muscles; la course de l'eau sur mon corps, cette possession tumultueuse de l'onde parmes jambes – et l'absence d'horizon.

Je comprends ici ce qu'onappelle gloire: le droit d'aimer sans mesure. Il n'y qu'un seul amour dans ce monde. Etreindre un corps de femme, c'est aussi retenir contre soi cette joie étrange qui descend du ciel vers la mer.


A présent du moins, l'incessente éclosion des vagues sur le sable me parvenait à travers tout un espace ou dansait un pollen doré. Mer, campagne, silence, perfums de cet terre, je m'emplissais d'une vie odorante et je mordais dans le fruit déjà doré du monde, bouleversé de sentir son jus sucré et fort couler le long de mes lèvres. Non, ce n'etait pas moi qui comptais, ni le monde, mais seulement l'accord et le silence qui de lui à moi faisait l'amour. Amour que je n'avais pas la faiblesse de revendiquer pou moi seul, conscient et orgueilleux de le partager avec tout une race, née de soleil et de la mer, vivante et savoureuse, qui puise sa grandeur dans sa simplicité et debout sur les plages, adresse son sourire complice au sourire éclatant de ses ciels.

Noces~~~~~~~~~~~~~Albert Camus

ar ais blog na mara ar_aghaidh